108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer










El post del día de hoy va dedicado a los búhos y a las hadas, debido a que éstos son dos de los diseños más elegidos por las mujeres, y también por qué no en hombres, a la hora de hacerse un tatuaje. Si bien en un primer momento pueden parecer diseños que se hacen tan sólo con el fin de lucir ese dibujo y por cuestiones puramente estéticas, esto no es tan así cuando empezamos a investigar un poco más sobre este tipo de tatuajes. En este sentido, tanto los tatuajes de búhos como los de hadas, entrañan todo un simbolismo y significados muy importantes, y  probablemente sea esta la razón que explica porque cada vez más personas quieren llevar estos dibujos grabados en su piel para siempre. A lo largo del post que nos convoca hoy en día, vamos a compartir con ustedes 108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer y además te vamos a ir contando los posibles significados que cada uno de estos tatuajes pueden tener.



Si vos estabas pensando en hacerse algunos de estos diseños, no podes dejar de ver entonces lo que sigue a continuación…

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

Imágenes de Tatuajes de Buhos

Comencemos a hablar de los tatuajes de búhos. Por lo general, el significado de este tipo de tatuajes está ligado al significado de éste como símbolo animal y si bien están quienes pueden lucir estos tatuajes por otras razones, en la mayoría de los casos éste se encuentra relacionado directamente a su personalidad.

Desde siempre el búho fue considerado uno de los animales más importantes para los seres humanos, y lo que es más, para diversas culturas éste fue considerado como un animal sagrado, por ejemplo en la civilización griega, en la cual se lo relacionada directamente con Atenea, que era la diosa de la sabiduría y del aprendizaje. Es por esto que en las monedas grecorromanas que se han hallado se encontraba a este animal grabado en ella, ya que éste representaba la inteligencia, el estatus y sobre todo la fortuna.



Si nos corremos un poco d ela cultura griega para ahondar sobre otras culturas, por ejemplo la hindú, egipcia o la de los celtas, encontramos que los significados de este tipo de tatuajes están asociedados a la tutela de inframundos y al rol de protección de los muertos. En esta misma línea, el búho fue considerado el animal que gobernaba las noches y era vidente de las almas. De todos modos, no podemos dejar de mencionar que este tipo de significados han sido objeto de malas intepretaciones, debido a que se han desconfigurado y se ha creído que el búho estaba asociado con la muerte en forma negativa. Pero por esto debemos hacer hincapié en que éste siempre fue un animal que se lo valoró como un guardían y protector frente a los espíritus.

Específicamente podemos mencionar una serie de significados a los cuales están asociados directamente los tatuajes de búhos. Como mencionábamos hace un momento, los búhos representan la sabiduría, la inteligencia y la protección, pero además estos animales simbolizan la transformación, la libertad, la adaptación, la transición, el misterio, la astucia, el silencio, el sigilo y las profecías.

Antes de finalizar este apartado, hagamos referencia a los significados que se le atribuyen a los tatuajes de búhos desde los pueblos nativos americanos. Desde esta perspectiva, éstos representan la previsión, la sabiduría y además se considera que estos animales son guardianes y protegen el conocimiento sagrado. Probablemente este significado se desprenda de la cualidad del búho de previsión y adaptación a diversas condiciones climáticas y a la vez, a su cualidad de poder ver en la noche y en la oscuridad.

A continuación te dejamos algunas ideas de tatuajes de búhos, de diferentes tamaños, con distintos colores y ubicados en diferentes partes del cuerpo, para que puedas ver como quedan este tipo de tatuajes.

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

Imágenes de Tatuajes de Hadas

Este tipo de tatuajes, como así los tatuajes con diseños de duendes o ninfas entre otros, suele ser la elección por excelencia de todas aquellas personas que aman a este tipo de criaturas fantásticas y que disfrutan inspeccionar en este mundo que da rienda suelta a la imaginación.



Como se podrá sospechar, este tipo de tatuajes suele ser más elegido por las mujeres que por los hombres, y si se hace una buena elección del diseño, del estilo que tendrá el tatuaje, se elije una buena zona del cuerpo y se lo deja en manos de un buen artista, te aseguro que el resultado será un tatuaje deslumbrante.

Aunque muchos puedan sospechar que las hadas es un tatuaje que se elije por cuestiones puramente estéticas, en verdad deben conocer que este tipo de tatuajes, conocido como tatuajes de fantasía, entraña todo un simbolismo y una serie de significado que pueden ser muy diversos. Esto se debe, a que siempre va a depender de la persona que se lo haga, debido a que cada uno puede atribuirle un significado personal, aunque de todas maneras siempre estará en la base de este tatuaje todo aquello que esté relacionado a lo sobrenatural, lo mágico y la imaginación. En este sentido, como las hadas están asociadas directamente con un mundo de fantasías, cuando vemos este tipo de tatuajes en una persona, podemos sospechar que estamos ante una persona soñadora, con muchas fantasías, imaginación y sobre todo con una gran creatividad y personalidad.

La mayoría de las personas hemos leído en nuestra infancia y escuchado historias de fantasías y de hadas, y en este sentido desde pequeños se nos enseña a cultivar nuestra imaginación, a ahondar por estos mundos de fantasías y magia en lo que todo lo que deseamos podrá ser posible. Decimos esto, ya que la elección de este tipo de tatuajes, en muchos casos, apunta a poder revivir aquellas épocas de la infancia, con sus sueños, fantasías, deseos y anhelos. Desde este sentido, se puede decir que muchas veces el significado de estos tatuajes está ligado a la nostalgia, de poder rememorar momentos hermosos y maravillosos de la vida y mediante el tatuaje lo que se busca en cierta medida es poder vivir éstos en tiempo presente.

Por otro lado, los tatuajes de hadas están asociados al significado de la libertad, de volar y de poder soltarse de la realidad para ahondar en un mundo mágico con poderes sobrenaturales.



También debemos decir que muchas personas elijen hacerse este tipo de tatuajes para simbolizar el amor por la naturaleza, debido a que las hadas, suelen tener una relación muy especial con ésta.

Por último, no podemos dejar de mencionar que desde una perspectiva estética, estos tatuajes pueden verse totalmente increíbles y es por esto, que muchas personas los elijen. En este sentido, son tatuajes con un gran valor artístico, y por eso, quienes ya han incursionado en el mundo de los tatuajes y conocer más sobre éste, sabrán que es una pieza que puede resaltarse en todo su esplendor.



Dicho esto, ahora queremos pasar a compartir con ustedes toda una serie de tatuajes de hadas con distintos colores, diseños, estilos y tamaños, ubicados en distintas partes del cuerpo, para que puedas ver como quedan este tipo de diseños y puedas tomar como idea algunos de ellos si te gustan!

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

p

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer

108 Tatuajes de buhos y hadas para mujer









Idee regalo: 6 libri imperdibili per chi ama i tatuaggi

Trovare un regalo adatto per un amico che ama i tatuaggi potrebbe non essere semplice: bisogna trovare un regalo utile, bello, con un budget onesto, che non occupi troppo spazio e così via. Se la persona che avete in mente ama leggere o sapete che amerebbe saperne di più sui tattoo, uno o più libri sui tatuaggi è quel che fa al caso vostro!

Ecco quindi la mia lista di libri sui tatuaggi che un appassionato (neofita o esperto) potrebbe apprezzare!

Il Mattino ha il MAORI in bocca!

Un libro scritto da un tatuatore (lo studio si chiama Alle Tattoo) decisamente  fuori dal comune, perché é ironico e assolutamente…vero!

Nella sinossi si legge: “Sono 25 anni che le mie orecchie sono martoriate da grida di dolore (quasi tutte enfatizzate) e soprattutto dagli svarioni e dalle contorsioni del lessico italiano dei miei clienti.”



Insomma, non si può certo dire che i tatuatori non vengano in contatto con clienti di tutte le risme e le forme, e questo libro è una raccolta davvero esilarante!

COMPRA 

Per chi vuole conoscere le origini del tatuaggio





L’arte del tatuaggio risale a tempi antichissimi. Osteggiata dalle tre grandi religioni monoteiste, non solo è sopravvissuta: si è evoluta grazie a persone considerate spesso ai margini della società, come marinai, donne, artisti circensi e carcerati. Oggi, il tatuaggio ha perso la sua cattiva fama e ha acquistato grande popolarità, diventando un importantissimo fenomeno artistico e sociale.

COMPRA

Fonte immagini: Pinterest.com e Instagram.com

Per le anime ribelli

C’è stato un momento nella storia in cui i tatuaggi furono ostracizzati, segno di una posizione sociale marginale. Se a questo aggiungiamo il tabù del corpo femminile, va da sé che il rapporto fra donne e tatuaggio diventò una storia di segreta sovversione. Con l’ausilio di oltre 200 stupende fotografie, potrete incontrare donne tatuate e donne tatuatrici di tutte le epoche e condizioni sociali, accomunate dalla volontà di poter usare la propria pelle come una tela su cui imprimere la loro individualità.

COMPRA

1000 Tattoos. Alla Scoperta dei tatuaggi di ieri e di oggi” è un libro, in edizione speciale, che esplora l’intrigante e affascinante storia dell’arte del tatuaggio. E’ ricco di fotografie e disegni, partendo dalle incisioni ottocentesche fino ai tatuaggi tribali, passando per le donne tatuate del circo degli anni ’20 e gli intramontabili tatuaggi old school!

COMPRA



Per chi vuole addentrarsi nella cultura del tatuaggio

I tatuaggi sono ormai un fenomeno di massa che coinvolge sempre più persone, a prescindere da sesso, età e condizione sociale. La cultura del tatuaggio è variegata e controversa, sempre in movimento e questo libro non solo presenta gli atelier più all’avanguardia del pianeta, ma anche le tendenze dei prossimi anni!

COMPRA

Per chi vuole farsi qualche (amara) risata





L’autore ha frequentato per mesi i tattoo shop di tutta Italia, trascrivendo le spassose conversazioni tra tatuatore e cliente: domande assurde o ingenue, richieste insolite e surreali popolano questo stupidario comico e veritiero. Non mancano indicazioni generali semiserie per coloro che “vorrebbero ma non osano” far parte del sempre più esteso “popolo dei tatuati”!

COMPRA



Per l’apprendista tatuatore

Se il tuo sogno è diventare un tatuatore, ecco un libro che potrebbe esserti utile! Si tratta di una guida essenziale per chi vuole avvicinarsi al mondo del “body art”, che spiega in modo semplice principi e tecniche che trasformano un design in un bel tatuaggio. Ci sono inoltre molte immagini d’esempio per esercitarsi nella realizzazione dei primi design.

COMPRA



The Tattoo Dictionary

Se l’amico in questione è un appassionato di tattoo curioso di scoprire i vari significati di stili e soggetti, questo “dizionario del tattoo” fa decisamente al caso suo.



Vengono infatti spiegati i significati di circa 200 tatuaggi tra i più popolari, perché potrebbe scontato, ma son proprio i tatuaggi più diffusi e classici quelli il cui significato è stato dimenticato o storpiato.

COMPRA 

Flint, berceau de joueurs NBA

Située à une centaine de kilomètres au Nord de Detroit, Flint est connue pour être la 4e ville la plus criminogène des États-Unis, derrière Saint-Louis, Detroit et Memphis.

Mais limiter Flint à ça, serait trop réducteur. La ville est également l’endroit qui a vu naître de nombreuses personnalités. Parmi elles, le célèbre réalisateur Michael Moore qu’on ne présente plus. Côté basket, la bourgade compte également parmi les siens quelques joueurs NBA. Focus sur ces joueurs natifs de cette cité industrielle du Michigan.

Miles Bridges

Choisi au 12e rang de la dernière Draft par les Clippers puis échangé aux Hornets dans la foulée, Miles Bridges a su s’imposer rapidement dans la rotation de James Borrego. Auteur d’actions spectaculaires, cet ailier moderne, athlétique et polyvalent, arrive dans une franchise en pleine mutation. Après un début de saison solide, Bridges a tout pour s’imposer durablement dans la Grande Ligue.

Kyle Kuzma

Cet ailier fort est LA révélation des Lakers de la saison 2017/18, n’en déplaise au clan Ball. Sélectionné à la 27e place de la Draft 2017 par les Nets avant atterrir chez les Purple and Gold, Kuzma a confirmé après une Summer League où il a su montrer de belles choses. Devenu un membre important de la reconstruction des Angelinos, Kuzma est désormais un jeune joueur scruté à la loupe par les observateurs. À lui de répondre aux attentes placées en lui !

Javale McGee

Après un début de carrière où Javale McGee a posé les bases d’un basket fantasque, le joueur semble avoir gagné en maturité. Après une petite traversée du désert, McGee a remis sa carrière sur de bons rails. Arrivé par la petite porte chez les Warriors après la finale perdue face aux Cavs, ce fils de basketteurs a su redorer son blason en se montrant précieux à des moments clés. Désormais aux côtés de LeBron aux Lakers, McGee a un rôle à jouer dans le retour de la franchise sur le devant de la scène.

Glen Rice

Ce nom n’évoque peut-être rien aux plus jeunes, mais Glen Rice était l’un des joueurs vedettes de la NBA dans les années 90. Drafté en 4e position par le Heat, Rice a vu sa brillante carrière rythmée par les transferts. Échangé pas moins de 5 fois, il fait partie des quelques joueurs à avoir remporté un titre NCAA et NBA. Réputé pour être un joueur adroit, cette gâchette s’est hissée parmi les shooteurs les plus prolifiques de l’histoire de la NBA.

James Young

Après une année universitaire prometteuse chez les Kentucky Wildcats, où il finit deuxième meilleur marqueur de son équipe, James Young arrive chez les Celtics en 2014. Malheureusement, le succès n’est pas au rendez-vous et ce joueur, dont le jeu est essentiellement basé sur l’attaque, peine à faire son trou dans la ligue. Ses lacunes défensives sont d’ailleurs souvent pointées du doigt. Après de multiples va-et-vient entre la NBA et Gatorade League, Young ronge actuellement son frein chez le Wisconsin Herd.

Top 5 des joueurs NBA nés à Los Angeles

Si pour certains la Cité des Anges rime avec Soleil, plages et cinéma, pour les amateurs de basket, Los Angeles est indissociable de la balle orange. Et pour cause, demandez à n’importe quel aficionado à quoi lui fait penser cette ville et sa réponse fusera : aux LAKERS ! (désolé Steve Ballmer). Cette ville, qui transpire le basket, est également réputée pour être une véritable usine à joueurs NBA. Focus sur les 5 meilleurs joueurs actuels originaires de L.A.

Russell Westbrook

Originaire de Long Beach, Westbrook est l’un des meilleurs ambassadeurs actuels de la Californie. Passé par la célèbre fac de Los Angeles, UCLA, où il obtint une bourse de dernière minute, Westbrook est drafté en 4e position par les Seattle Sonics. Débarqué à Oklahoma City, après le déménagement de l’équipe la même année, Westbrook fait les beaux jours du Thunder. Élu MVP de l’année 2017 après le départ de Durant, il boucla également cette saison à un triple double de moyenne. Du jamais vu depuis Oscar Robertson. Depuis, Russ a pas mal bourlingué. Passé par Houston et Washington, le meneur a enchaîné les TD et les blessures. Signé aux Lakers durant l’été 2021, The Brodie est désormais de retour chez lui. Épaulé par LeBron, AD et une profondeur de banc à faire pâlir n’importe quel GM, le natif de L.A. est dans les meilleures conditions pour aller jusqu’au bout. Ça sent la bague !

James Harden

Drafté en 3e position par le Thunder en 2009, où il occupe un rôle de 6e homme de luxe, James Harden explose dès sa première année aux Rockets. Souvent associé à des stars à Houston (Dwight Howard, Chris Paul, etc.), il peine à gravir les dernières marches. S’il ne fait plus aucun doute que le MVP 2018 est un joueur d’exception, le Barbu a encore beaucoup de choses à prouver sur un paquet. Désormais associé à Kevin Durant et Kyrie Irving aux Nets, le natif de Compton aura à cœur de sortir son plus beau basket pour mener Brooklyn au triomphe ultime.

Kawhi Leonard

Après une année noire aux Spurs, où il réalisera quasiment une saison blanche (seulement 9 matchs joués), Kawhi Leonard fut parachuté aux Raptors en échange de DeMar DeRozan, un autre californien. Né à Riverside, dans le Grand Los Angeles, ce 15e choix de la Draft 2011 a dépassé tous les espoirs. Alors qu’il arrive aux Spurs avec un profil de gros défenseur à la Bruce Bowen, il s’imposa également en attaque, devenant même l’arme offensive n°1 des texans. 2 fois All-Star, 2 fois MVP des Finales en 2014 et 2019, 2 fois défenseur de l’année, Leonard fait actuellement partie des meilleurs jours de la ligue. Après un titre glané aux Raptors à la surprise générale, Kawhi s’envola pour les Clippers. Associé à Paul George depuis deux ans, le duo peine à répondre aux attentes. Prolongé à l’été 2021 à prix d’or, Leonard se doit de passer à la vitesse supérieure pour faire des Clippers un contender digne de ce nom.

DeMar DeRozan

Originaire de Compton, DeMar DeRozan grandit aux côtés de Brandon Jennings et James Harden. Il est drafté en 9e position par les Raptors en 2009. Associé à Kyle Lowry, avec lequel il forma un duo efficace, il contribua activement à mettre la franchise canadienne sur le devant de la scène. Après une nouvelle déroute en Playoffs, il est échangé aux Spurs. Joueur aérien et excellent dunkeur, il est l’un des derniers représentants du shoot à mi-distance. En perte de vitesse au cours de ses trois saisons passées sous les ordres de Popovich, DeRozan démarque cette saison aux Bulls. Si Chicago n’était pas la destination la plus logique pour un joueur en fin de carrière en quête d’une bague, le projet semble suffisamment solide pour espérer un beau parcours en Playoffs.

Paul George

À l’instar de ces camarades, Paul George est un pur produit californien. Après une enfance passée du côté de la Cité des Anges, il joua deux saisons à l’Université de Fresno. Sélectionné en 10e position par les Pacers, sa progression fut constante jusqu’à ce jour fatidique du 1er août 2014 où il se blessa gravement lors d’un match avec Team USA. Revenu aux affaires après une convalescence prolongée, George retrouva son niveau rapidement. Après avoir crié haut et fort sa volonté de signer dans sa ville natale, Paul George fut envoyé au Thunder où il décida finalement de signer sur le long terme. Finalement, son séjour à OKC ne fut que de courte durée, puisque après deux petites saisons, il prit la direction des Clippers pour former un duo détonant avec The Klaw. Est-ce assez costaud pour décrocher le titre ? L’avenir en sera le seul juge.

Le 0 en NBA, historique d’un numéro symbolique !

Le numéro d’un joueur n’est jamais choisi par hasard. Tout comme le nom, il fait partie intégrante de l’identité d’un joueur. Le Zéro, comme le Double Zéro, n’est pas un numéro comme les autres. Chargé en symbolique, le #0 se remarque plus sur un maillot que n’importe quel autre numéro. Voici un petit tour d’horizon sur l’histoire de ce # si particulier à travers ses meilleurs représentants NBA historiques et actuels.

Les anciens

Orlando Woolridge, le dunkeur

Joueur longiligne mais très athlétique, Orlando Woolridge est connu pour avoir été un dunkeur hors pair. Premier joueur à rentrer un rider au Slam Dunk Contest de 84, il s’est démarqué en étant le seul joueur à porter le #0 dans les années 80. Alors qu’il portait le #32 à la fac de Notre-Dame, il prit le 0 à son arrivée chez les pros. La raison ? 0 comme le O d’Orlando. Passé par de nombreuses franchises NBA, ce journeyman termina sa carrière en Italie.

Olden Polynice, le rebondeur

Olden Polynice est peut-être le joueur qui représente le mieux le #0 pendant les 90’s. Alors que le numéro n’est pas très répandu dans la ligue, Polynice, joueur hargneux et excellent rebondeur, détonne. Malgré une fin de carrière dans des ligues mineures, le nom de Polynice évoque un doux parfum nostalgique chez tous les amateurs de basket old school. Deux raisons sont évoquées par le pivot quant au choix du #0. L’une est métaphysique ; le 0 représente le mouvement pertétuel. L’autre est auto-centrée ; 0 pour le O de son prénom. On retiendra la première.

Eric Montross, le Role Player

Eric Montross ! Voilà un nom qui parle encore aux plus anciens. Si Montross n’est pas à proprement parler un vrai n°0, qu’il ne porta que durant ses deux années passées aux Boston Celtics en tout début de carrière (le 00, son # naturel, étant réservé à Robert Parish), il est impossible de ne pas évoquer ce nom qui respire les Nineties. Même si ce joueur ne s’est jamais véritablement imposé dans une rotation, ce type de joueur est lié au jeu NBA si typique de l’époque. Montross était un joueur âpre qui ne rechignait pas à faire le sale boulot.

Les plus illustres dépositaires actuels

Damian Lillard, le philosophe

Visage de la franchise des Portland Trail Blazers, Damian Lillard arbore le 0 seulement depuis ses débuts chez les pros. Lillard est né et a grandi à Oakland, son université était basée à Ogden et vit maintenant à Portland en Oregon. Alors qu’il portait le n°1 durant ses 4 années à la fac de Weber State, Lillard choisit le chiffre rond pour faire référence à la lettre « O » présente dans ces trois lieux marquants de son parcours. Joli clin d’œil spirituel !

Russell Westbrook, le MVP

Russell Westbrook est le joueur actuel qui vient à l’esprit quand on évoque le numéro 0 (Pardon Damian). Et pour cause, en plus d’être un excellent joueur, Westbrook est un joueur populaire. Son maillot est régulièrement dans les Top des ventes. Seul n°0 a devenir MVP de la saison, Westbrook fait partie de la poignée de joueurs devenus les visages de la ligue. Malgré son attachement pour le n°4, il dû changer de numéro à son arrivée à UCLA car il était déjà pris par Aaron Afflalo. Il choisi le 0 en référence à ce nouveau commencement. Drafté en 4ème position par les Sonics, il garda depuis le 0 qui fait désormais partie de ses signes distinctifs.

Jeff Teague, le loup revanchard

All Star 2015 sous les couleurs des Hawks, ce solide meneur jouit d’une très belle réputation dans la ligue. Portant le #0 depuis ses années universitaires à Wake Forest, Jeff Teague dû mettre de côté son numéro fétiche durant sa pige chez les Pacers. Meneur titulaire aux Timberwolves, Teague devient le deuxième joueur à porter le 0 sous la tunique des Loups après l’anecdotique Othyus Jeffers en 2014.

Le turfu

Jayson Tatum, le jeune mâture

Parmi la cuvée 2017, Jayson Tatum est l’un des rookies qui a le plus impressionné, tant par sa maturité que par ses statistiques généreuses. Bénéficiant de l’horrible blessure de Gordon Hayward lors du 1er match de la saison, Tatum est propulsé dans le 5 de départ. Répondant aux attentes des Celtics, son travail est salué par une sélection dans le NBA All-Rookie Fist Team. Il porte le numéro 0 en hommage à Gilbert Arenas.

Kyle Kuzma, la fugue

Longtemps dans la course au titre de rookie de l’année 2018, Kyle Kuzma fait partie des belles surprise de l’année passée. Alors qu’il portait le numéro 35 pendant ses trois années à l’Université d’Utah, il décide d’en changer à son arrivée aux Lakers afin d’éviter toute similitude avec Kevin Durant. Il opte pour le numéro 0 pour symboliser son nouveau départ.

Miles Bridges, le frelon

Cet allier très athlétique a tout pour s’épanouir dans la NBA moderne. Choisi en 12ème position de la dernière draft en provenance de la fac de Michigan State, Bridges s’est rapidement imposé dans la rotation des Hornets. Il a tout pour devenir l’un des steals de l’année.

Mentions Spéciales

Johnny Jorgensen, le précurseur

En plus d’avoir un nom qui en jette, John « Johnny » Jorgensen s’est illustré comme étant le tout premier n°0 de l’histoire de la NBA. Il l’a fièrement porté lors de son court passage aux Chicago Stags en 1948. Jorgensen, c’est deux années pro, deux finales, deux bagues de champions. Simple et efficace. Chapeau l’artiste !

Gilbert Arenas, l’agent 0

Impossible de parler du n°0 sans évoquer ce bon vieux Gilbert. S’il n’est pas le 1er à avoir eu l’idée de prendre le 0, il est sans équivoque celui qui l’a popularisé au début des années 2000, aux Warriors puis aux Wizards. Mais l’agent Zéro n’a pas toujours eu le 0 floqué dans le dos. C’est en arrivant à la fac d’Arizona, où son numéro 25 étant déjà pris, qu’il dû changer de numéro. Mais pourquoi le 0 ? Parce que c’est le nombre de minutes que les observateurs prédisaient qu’il jouerait pour son année freshman. Après l’avoir délaissé les dernières années de sa carrière en NBA, il retrouva son chiffre fétiche au Shanghai Sharks pour sa dernière année pro en 2012.

Kevin Love, le néophyte

Kevin Love fait aujourd’hui partie de la belle famille des n°0. Mais cela n’a pas toujours été le cas. Alors qu’il portait le n°42 depuis la High School, Love fut forcer de changer pour le 0 à son arrivée à Cleveland. Le 42 n’étant plus disponible. Interrogé sur son choix, Love ironise en disant le #0 est en réalité le premier numéro qu’il portait. Durant son adolescence, arrivant en retard à un tournoi, il dû se résoudre à prendre le dernier maillot encore disponible, le #0. L’anecdote est savoureuse.

Chronique : l’histoire du numéro 00 en NBA

À l’instar du #0, le double 0 est un numéro qui ne passe pas inaperçu en NBA. S’il n’a pas eu le même succès que le 0, il aura su se faire une solide place dans la ligue. Depuis le vénérable Robert Parish, le #00 a toujours eu un petit noyau solide de VRP prêts à mouiller le maillot pour représenter ce numéro si atypique.

Le numéro 00 à travers l’histoire

Contrairement au #0 qui a vu sa popularité exploser ces dernières années, le 00 table sur une constance. Jamais vraiment en vogue, mais toujours présent depuis 1976, date à laquelle Robert Parish fait son entrée dans la grande ligue du côté des Golden State Warriors, le #00 a quasiment toujours eu des représentants. On notera tout de même, deux saisons noires (2005-06 et 2006-07) pour le numéro. Avec les retraites simultanées de Tony Delk et Greg Ostertag, deux de ses plus solides ambassadeurs, le 00 rencontra une mini traversée du désert avant de reprendre sa progression habituelle depuis les années 70.

Un numéro d’intérieurs

Jusqu’à ce jour, 34 joueurs ont porté le #00 en NBA. Si on se penche en détail sur les joueurs qui l’ont endossé, il en ressort une statistique amusante. Le 00 est un numéro d’intérieurs. Depuis Robert Parish, seul un tiers des joueurs sont des arrières. À part Tony Delk et Johnny Moore, qui l’ont porté respectivement 9 saisons chacun, les autres sont plutôt considérés comme des n°00 occasionnels. C’est le cas notamment de Mike Bibby qui le porta lors de la saison 2010-11 aux Wizards.

Les 00 légendaires

Parmi la trentaine de joueurs qui ont porté le numéro, seuls deux d’entre eux ont particulièrement brillé sur les parquets. Leur numéro est d’ailleurs retiré dans leur équipe respective.

Robert Parish

Précurseur du double 0, Robert Parish est son représentant suprême. Premier joueur à porter ce numéro très atypique, The Chief est un ambassadeur de choix. Après 21 années à rouler sa bosse dans la ligue, Parish raccroche ses baskets en 1997 avec un palmarès impressionnant : 4 bagues de champion (3 avec Boston et 1 avec Chicago), 9 apparitions au All-Star Game et une entrée au Hall of Fame en 2003. Robert Parish fait incontestablement partie des plus grands. Pour l’anecdote, il choisit le #00 en high school, car il n’y avait plus de maillot floqué d’un numéro. Et au passage, Parish est le détenteur du plus grand nombre de matchs joués, avec 1611 rencontres. Que dire de plus ?

Johnny Moore

Moore n’est pas le joueur le plus connu à avoir joué sous les couleurs des Spurs, mais il n’a pas démérité. Après seulement une petite décennie chez les pros, ce meneur-passeur de grande volée a dû prendre sa retraite prématurément, suite à une méningite. Les Spurs récompensèrent son travail en retirant son maillot, faisant de lui le 1er #00 retiré de l’histoire.

Un numéro de besogneux

Excepté les deux joueurs mentionnés au-dessus, nous pouvons affirmer sans mal que le #00 est un numéro de joueurs qui n’ont pas peur de faire les basses besognes. Eric Montross, Brendan Haywood, Spencer Hawes, Enes Kanter, Chris Andersen ou encore Greg Ostertag, pour ne citer qu’eux, bien qu’étant de solides role players, aucun n’a la réputation d’être une superstar. Si aucun n’éblouit ou n’a ébloui la Ligue de son talent pur, leur utilité sur un terrain n’est plus à prouver.

Notre coup de cœur : Greg Ostertag

S’il y avait un classement pour les joueurs de devoir, Greg Ostertag serait à n’en pas douter parmi les premiers. Sous ses allures de déménageur/bûcheron/motard, Ostertag aura eu une carrière honorable. Bon rebondeur et excellent protecteur du cercle, il joua un rôle important dans les deux campagnes de playoffs du Jazz perdues face aux Bulls. En 2002, il n’hésita pas à donner un rein à sa sœur, faisant de lui l’un des rares joueurs NBA à jouer avec un seul rein. Osterstag est un camionneur, oui, mais un camionneur qui a du cœur !

Carmelo Anthony, le repenti

Après une période de plus d’une année passée loin des parquets NBA, Carmelo Anthony a fait son grand come back du côté des Portland Trail Blazers. Et pour son retour aux affaires, Melo a décidé d’opter pour un tout nouveau numéro, le 00. Ce choix qui ne relève en rien du hasard ouvre un nouveau chapitre dans la longue carrière du natif de Brooklyn.

Les sponsors maillots des 30 équipes NBA

La publicité a fait son entrée sur les maillots NBA lors de la saison 2017/2018. Si la question a divisé l’opinion des fans pendant un temps, force est de constater qu’aujourd’hui tout le monde s’en est accommodé. Que nous soyons pour ou contre cette incursion capitaliste sur les uniformes de nos équipes préférées, ces petits logos, au design coloré et travaillé, se sont imposés à nous. Si nous avons fini par les accepter, beaucoup de logos nous sont encore totalement étrangers, à nous, bons français que nous sommes. Faisons connaissance avec les différentes sociétés qui ornent les maillots des deux conférences.

 

 

Atlanta Hawks : Share Care

Source : hoopsrumors.com

Share Care est une plateforme délivrant des conseils et des programmes personnalisés en matière de santé et de bien-être. Son siège social est à Atlanta. Son équivalent français serait le résultat entre Le Magazine de la Santé et Runtastic.

Boston Celtics : Vistaprint

Source : Bostonglobe.com

Alors que les Celtics comptaient General Electric comme sponsor maillot depuis 3 ans, la franchise du Massachusetts a officialisé son changement de sponsor en novembre 2020. Pour la saison 2020/2021, la maison verte portera désormais le patch de la société Vistaprint. L’entreprise, de rayonnement international, s’est imposée dans le domaine de l’impression, en proposant une large gamme de produits et services et de conception graphique.

Brooklyn Nets : Infor

Source : sportslogos.net

Infor est un fournisseur de logiciels pour entreprise dont le siège social est à New York. Son équivalent français serait Cegid. Bon d’accord, ça ne parle pas plus…

Charlotte Hornets : Lending Tree

Source : bizjournals.com

Lending Tree est un courtier en solution de crédit. Son siège social ? À Charlotte, bien sûr. Cette société serait en quelque sorte le Sofinco américain.

Chicago Bulls : Zenni

Source : SportBuzzBusiness.fr

Zenni est une société spécialisée dans la vente de lunettes en ligne. Si ça, ce n’est pas un message du Front Office des Bulls ! Basée à San Francisco, son jumeau français serait ce bon vieux Afflelou.

Cleveland Cavaliers : Goodyear

Source : crainscleveland.com

Goodyear est un célèbre fabricant de pneumatique américain dont le siège social est à Akron. Bien connu par les amoureux de sport automobile, son logo est celui qui s’intègre le mieux sur un maillot. Il nous ferait presque regretter le temps où les jerseys étaient vierges de toute trace publicitaire. FAUX !

Son équivalent en France : Michelin, évidemment.

Detroit Pistons : Flagstar Bank

Source : crainsdetroit.com

Flagstar Bank est la plus grosse banque d’épargne de l’état du Michigan dont le siège est à Troy, Michigan. Son équivalent français : le Crédit Agricole.

Indiana Pacers : Motorola

Source : indystar.com

Dernière équipe à l’Est à trouver son sponsor maillot. On peut dire que les Pacers auront pris leur temps. Indiana a fini par trouver un accord avec Motorola. Basée dans la banlieue de Chicago, la firme bien connue en France est spécialisée entre autres dans la téléphonie mobile. Son équivalent français : Alcatel (Ça rappelle des souvenirs!)

Miami Heat : Ultimate Software

Source : nba.com

Ultimate Software est une société basée en Floride qui commercialise des logiciels de RH et de gestion de paie. Un sponsor super glamour, donc. Son équivalent français serait le petit poucet RH Suite. Bon ok, ça ne parle à personne…

Milwaukee Bucks : Harley-Davidson

Source : bucks.com

Avoir Harley-Davidson comme sponsor maillot, ça en impose forcément! Premier fabricant de grosses cylindrées au monde, ce constructeur de deux roues, mondialement connu trouve son siège social à Milwaukee. Équivalent français : Manurhin. Nan, c’était pour la vanne…

New York Knicks : Square Space

Source : postingandtoasting.com

Square Space est un logiciel de gestion de contenu web. Le siège social est à New York (Soho). C’est un peu une version bodybuildée de la plateforme Wix, bien connue en France par ceux qui veulent créer un site sans faire trop d’efforts.

Orlando Magic : Disney

Source : orlandopinstripedpost.com

Disney. Faut-il vraiment présenter ce sponsor ? Présent à Orlando via son parc d’attraction, Disneyworld, le Magic peut se vanter d’avoir le sponsor maillot le plus cool de la ligue. Son équivalent français ? Soyons sérieux, il n’y a pas d’équivalent gaulois. Ah si, une seconde… Le Parc d’Astérix !

Philadelphie 76ers : StubHub

Source : nba.com

Philly est la toute première équipe à avoir officialisé son sponsor : StubHub. Cette plateforme d’échange de billets en ligne, propriété de eBay est basée à San Francisco. En France, nous connaissons plus Ticketmaster.

Toronto Raptors : Sun Life

Source : thescore.com

Sun Life est une société financière proposant des produits et services dans le domaine de l’assurance et la gestion de patrimoine. Son siège social est à Toronto. Son équivalent français pourrait être le géant BNP Paribas.

Washington Wizards : Geico

Source : washingtonpost.com

Geico est un assureur automobile dont le siège est dans le Maryland. Notre équivalent en France ? Assurauto, bien sûr !

 

 

Dallas Mavericks : Chime

Source : OregonLive.com

Après avoir choisi comme 1er sponsor une application de vente de produits d’occasion, la franchise texane et la société 5 Miles ont rompu leur accord au début de la saison 2019/2020. Les Mavs se sont donc tournés vers Chime, une société de banque en ligne fondée en 2013 à San Francisco. Son équivalent français : Boursorama Banque.

Denver Nuggets : Western Union

Source : sportsmarketing.fr

La Western Union est une société spécialisée dans les transferts d’argent internationaux. Avec une forte présence à l’international, la compagnie du Colorado, est bien connue en France. Son équivalent français pourrait être La Banque Postale.

Golden State Warriors : Rakuten

Source : Rakuten.com

En plus de régner en maître sur les parquets depuis quelques années maintenant, les Warriors sont également très doués en affaires. Contrat de sponsoring le plus juteux de la NBA, l’équipe de Curry et consorts a trouvé un accord avec la firme japonaise Rakuten, géant du commerce en ligne. Connue des amoureux de foot, la société est également présente sur les maillots du Barça, Rakuten s’est illustrée en rachetant le site français PriceMinister. Son équivalent français : Cdiscount.

Houston Rochets : Rokit

Source : BasketUSA.com

Rokit est une jeune marque de smartphone. L’entreprise californienne a trouvé une entente au début de la saison pour figurer sur les maillots des Rockets. Malheureusement pour les fans, on ne peut pas dire que le patch s’intègre harmonieusement à la tunique de Houston. On appréciera quand même le jeu de mot entre Rokit et Rockets. Mouais… Son équivalent français : Wiko.

Le patch Rokit a toutefois disparu des uniformes des Texans lors de la reprise de la saison 2019/2020 dans la bulle d’Orlando. Est-ce la fin de leur partenariat ? Aucune communication n’a été faite à ce jour.

Los Angeles Clippers : Bumble

Source : bloomberg.com

Bumble est une application de rencontres dont le siège se trouve à Austin, Texas. Avec Bumble, les femmes ont la parole ! Eh oui, seules les dames ont la possibilité d’enclencher la discussion. Les plus taquins trouveront amusant que ce soient les Clippers, équipe où officie Lou Williams, qui aient opté pour un tel sponsor. Pour ceux qui seraient passés à côté de l’info, le 6ème homme de la 2ème équipe de LA est connu pour son triangle amoureux. Mais bon, cela ne nous regarde pas ! Son équivalent français : Happn.

Los Angeles Lakers : Wish

Source : NBA.com

Wish est une compagnie spécialisée dans le e-commerce. Cette plate-forme d’achat, fondée par deux anciens programmeurs de Google et Yahoo, siège à San Francisco. Bien qu’également utilisée en France, le grand public connaît davantage le marketplace eBay.

Memphis Grizzlies : Fedex

Source : The Denver Post

Les Grizzlies ont choisi de consolider leur relation avec la compagnie aérienne FedEx. En effet, le nom de l’entreprise américaine était déjà associé à l’équipe dont la compagnie prête son nom à la salle depuis 2004. Siégeant à Memphis, son homologue français pourrait être La Poste. Petit instant culturel : FedEx est la contraction du nom original de la société : Federal Express. Ne nous remerciez pas, c’est cadeau !

Minnesota Timberwolves : Fitbit

Source : NBA.com

Pour leur sponsor maillot, les Wolves ont jeté leur dévolu sur Fitbit. Grâce à ses montres connectées, cette société californienne possède une certaine notoriété en France, auprès des sportifs notamment. Depuis la conclusion de l’accord, une rumeur circule comme quoi les joueurs n’arriveraient plus en retard à l’entraînement. Mais cela relève peut-être du mythe ! Un équivalent connu des français (non-sportifs) : Casio sans la technologie (oui, c’est japonais, mais bon !).

New Orleans Pelicans : Zatarain’s

Source : NBA.com

Pour le sponsoring de ses maillots, les Pelicans ont choisi de manger local, et ce n’est pas juste une métaphore. Son sponsor, Zatarain’s, est une entreprise de produits alimentaires basée à la Nouvelle-Orléans. Son équivalent français : Panzani.

Oklahoma City Thunder : Love’s

Source : SportBuzzBusiness.fr

OKC est la dernière équipe à avoir trouvé son sponsor maillot. Love’s aura la chance d’être représenté sur les uniformes du Thunder pour les prochaines saisons. Si certains patchs se fondent plutôt bien dans le décor, il est difficile de passer à côté de ce logo aux couleurs criardes en forme de cœur. Love’s est une chaîne de stations-service et de dépanneurs basée à Oklahoma City. 

Son équivalent français : Total. 

Phoenix Suns : PayPal

Source : sportsmarketing.fr

PayPal : on ne présente plus ce service de paiement en ligne. Dans le cadre de cet accord, PayPal devient également le partenaire paiement officiel de l’équipe. Avec un mode de paiement aussi facile, les fans n’auront plus aucune excuse pour ne pas venir aux matchs. Enfin si, la qualité de jeu proposée par les Suns cette saison. Son équivalent français : Pay Zen pour les connaisseurs !

Portland Trail Blazers : Biofreeze

Source : NBA.com

Alors que Portland avait décidé de se passer d’un sponsor maillot l’année dernière, cette saison les Blazers ont choisi de rentrer dans le rang en arborant un patch Biofreeze. Cette marque de gel analgésique, domiciliée en Ohio, sponsorise également Damian Lillard personnellement. Biofreeze est LE sponsor idéal pour les lendemains de défaites douloureuses. Son équivalent français : Synthol.

Sacramento Kings : Blue Diamond Almonds

Source : Eurosport.fr

Blue Diamond Almonds est une coopérative agricole basée à Sacramento spécialisée dans la culture d’amandes. On sait désormais à quoi carburent les surprenants Kings dont les résultats depuis le début de la saison laissent sans voix. Certaines équipes devraient adopter le même régime. N’est-ce pas les Suns ! Un équivalent français : Danone, histoire de placer un des fleurons de notre industrie.

San Antonio Spurs : Frost

Source : texasmonthly.com

Partenaire historique de l’équipe depuis 1973, Frost Bank est une banque (sans blague !) 100% texane basée à San Antonio. Frost Bank est réputée pour avoir joué un rôle actif dans le déménagement de la franchise de Dallas à San Antonio dans les années 70. Son équivalent français : Le Crédit Mutuel.

Utah Jazz : Qualtrics

Source : beyondsport.org

Comment associer business et bonne action ? Qualtrics sait parfaitement gérer ce genre de problématique. La société, basée dans l’Etat d’Utah, spécialisée dans le développement de l’expérience client a choisi de ne pas afficher son logo sur les maillots du Jazz mais celui de l’association qu’elle soutient, 5 for the Fight. Cette dernière se charge de récolter des fonds pour la recherche contre le cancer. Une belle initiative qu’on se devait de saluer. Son équivalent français : la Fondation ARC.


10 anecdotes à connaître sur Nicolas Batum

Avec 10 saisons et plus de 700 matchs joués en NBA du côté de Portland et de Charlotte, Nicolas Batum est un joueur Made in France bien installé dans la ligue. Son profile polyvalent, le rendant capable de jouer des deux côtés du terrain, est apprécié aussi bien dans le championnat américain qu’en équipe de France. Là où les déboires des autres font les choux gras de la presse, Nico Batum joue sérieusement au basket et ne fait pas de vague. Discret et professionnel, découvrez 10 trucs qu’il faut absolument savoir sur notre frenchie.

Tel père, tel fils

Nico est le fils d’un joueur professionnel, Richard Batum. Évoluant dans le club de Proville, en Nationale 2, ce dernier est décédé d’une rupture d’anévrisme sur un terrain de basket en 1991 alors que Nico n’avait que 2 ans.

Un scoreur inné

Lorsqu’il jouait en benjamins à Pont-L’Évêque, Nico Batum eut un jour un sacré coup de chaud. Il scora pas moins de 89 points dans la victoire de son équipe, 150-11. C’est mieux que Kobe et ses 81 points en 2006 face aux Raptors. Excusez du peu !

Direction Portland

Inscrit à la Draft de 2008, Nico fut sélectionné par les Houston Rockets en 25ème position. Alors que les Spurs avaient manifesté de l’intérêt pour l’ailier français, les Rockets décidèrent d’utiliser leur pick pour ensuite l’envoyer à Portland, loin de la Southwest Division, dans un deal à trois équipes.

Une place de titulaire rapidement gagnée

Après une Summer League correcte mais sans étincelles, Batum était destiné à jouer en D-League. Il se retrouva quand même sur le banc des Blazers en tant que remplaçant pour le 1er match de la saison. Après seulement trois matchs, il intégra le 5 majeur à la place de Travis Outlaw.

Un retour triomphal

En 2011, alors que la NBA est plongée dans son deuxième Lock-Out de son histoire, Nico Batum décida de revenir en France pour évoluer au SLUC Nancy. Pour son premier match de la saison, il remporta le Match des Champions face à l’ES Chalonnais. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, il fut également élu « Joueur du match ».

Un record de franchise

Avec 9 paniers à 3 points inscrits le 4 février 2012 face aux Denver Nuggets, Batum détient le record des Blazers pour le nombre de paniers longue distance marqués dans un match. Il a été depuis rejoint par Damian Lillard, qui a égalé le record à deux reprises en 2016 et 2017.

Batum aurait pu jouer à Minnesota

À l’été 2012, alors que Nico est Restricted Free Agent, il a les faveurs des Wolves qui lui proposent un deal de 46 millions de dollars sur 4 ans. Les Blazers s’alignèrent quelques jours plus tard sur l’offre pour conserver leur homme à tout faire.

Batum dans l’Histoire

Fin 2012, Nico Batum inscrit son nom dans les livres d’histoire en devenant le 8ème joueur à réaliser un Five-by-Five (compiler au moins 5 unités dans les catégories statistiques principales que sont les points, les rebonds, les passes, les contres et les interceptions). Rarissime en NBA, notre frenchie est désormais cité aux côtés de Hakeem Olajuwon, véritable maître en la matière, qui en réalisa 6 au cours de sa carrière.

Un gymnase à son nom

En 2014, Batum eut l’honneur d’inaugurer un gymnase qui porte son nom à Malauney, près de Rouen. Il devient le 3ème joueur de l’équipe de France à donner son nom à un lieu sportif, après Tony Parker à Mont-Saint-Aignan et Charenton et Boris Diaw à Talence.

Un point commun avec Shaquille O’neal

En 2016, après une première saison pleine chez les Hornets, Batum s’est vu récompensé en signant un énorme contrat de 120 millions de dollars sur 5 ans. Cool, mais quel rapport avec le Shaq ? Eh bien c’est le même montant signé 20 ans plus tôt par le Big Cactus. En s’engageant avec les Lakers pour cette somme mirobolante, Shaquille O’neal explosa le record du plus gros contrat de l’histoire des sports américains. Petit détail, son contrat s’échelonnait sur 7 ans.

Infographie : les 10 dates clés de Dirk Nowitzki en NBA

Sans jouer les oiseaux de mauvaise augure, Dirk Nowitzki dispute actuellement sa dernière saison et raccrochera ses sneakers le 10 avril prochain face aux Spurs. Un repos bien mérité pour le géant allemand qui aura su prouver qu’il était possible de dominer en NBA tout en ayant la détente d’un crabe. Au cours de ses 21 années passées dans la ligue, Nowitzki aura également su imposer son style unique à plusieurs générations de basketteurs. Nowitzki, c’est un fade away sur une jambe, un shoot arc-en-ciel, mais surtout une fidélité éternelle à son équipe de toujours : les Dallas Mavericks.

Retour sur la carrière NBA du grand blond en 10 dates importantes :

1998 : Le 24 juin 1998, Dirk Nowitzki est sélectionné au 9ème rang de la Draft par les Milwaukee Bucks. Échangé dans la foulée contre le regretté Robert Taylor, les Mavs ont eu le nez creux. Et du flair, ils en ont, puisque l’histoire semble se répéter cette année avec leur pépite slovène Luka Doncic.

1999-2000 : Après une timide 1ère année, l’Allemand signe une 2ème saison à la hauteur des espoirs placés en lui. Avec des stats en forte hausse, il finit 2ème du vote du MIP de l’année.

2002 : Dirk dispute cette année-là le 1er match des étoiles de sa longue carrière. Entre 2002 et 2015, il sera récompensé par 13 sélections au All-Star Game.

2005 : Après des sélections dans les Third et Second Team, l’Allemand goûte à sa 1ère apparition dans la All-NBA First Team, signe qu’il est désormais considéré comme le meilleur joueur à son poste.

2006 : Grosse désillusion pour le Wonderkid. Après avoir mené 2-0 dans ces Finales, les Texans s’inclinent face au Heat malgré leur avantage du terrain dans la série. 4-2 pour les Floridiens. Il y a des défaites qui passent mal…

2007 : Avec ce titre de MVP en poche, Dirk Nowitzki devient le 1er européen à brandir ce trophée. Une consécration pour l’Allemand et pour le basket européen.

2011 : 5 ans après la terrible défaite des Mavs dans les finales NBA, Nowitzki a enfin l’occasion de se racheter. Ironie du sort, il affronte ses anciens bourreaux. Exit le Shaq, bonjour LeBron et Chris. Cette fois-ci, pas question de faillir. Dirk est éblouissant dans ces finales et particulièrement dans les 4ème QT où il plante 62 points en cumulé sur l’ensemble de la série. Dallas l’emporte 4-2. Ça ne s’invente pas !

2017 : Le 7 mars 2017, Nowitzki passe la barre symbolique des 30 000 points en carrière et devient le 6ème meilleur marqueur de l’histoire. Il a été depuis rattrapé par un certain LeBron James.

2019 : Nous faisons preuve d’un peu d’anticipation, c’est vrai, mais il y a quand même de grandes chances pour que l’Allemand conclue son illustre carrière en fin de saison. Avec un rendement en chute libre et la montée en puissance des jeunes pousses, il ne serait pas aberrant de le voir tirer sa révérence. La relève est assurée !

2023 : La boule de cristal était encore sortie. Alors prédiction n°2 : Nowitzki sera intronisé au Hall of Fame dès la 1ère année de son éligibilité. Avec une carrière comme la sienne, une autre alternative est inenvisageable.

Flashback sur la carrière NBA de Boris Diaw

Dans une ligue où les superstars brillent par des performances individuelles ahurissantes, Boris Babacar Diaw-Riffiot a mis un point d’honneur à se démarquer en basant son jeu sur la création d’un basket collectif. Boris Diaw n’a pas été un joueur banal. L’annonce de sa retraite est à l’image du personnage. Le 6 septembre 2018, en débardeur sur son bateau au milieu de ses deux amis, Parker et Turiaf, Boris annonce l’air de rien au détour d’une conversation qu’il décide de raccrocher. Pas de conférence de presse, pas de tournée d’adieu. Le Français explique simplement à ses potos qu’il se sent prêt à passer à autre chose. Flashback sur la carrière NBA de Boris Diaw, débutée 15 ans plus tôt à travers 5 chapitres.

Chapitre 1 : L’initiation – Atlanta Hawks

Boris atterrit dans la faible équipe des Hawks. S’il débute la saison sur le banc, il trouve rapidement la confiance de son coach, Terry Stotts, qui lui donne l’occasion de débuter les matchs à 37 reprises. Ses stats (4,5 pts, 4,5 reb, 2,4 ast pour 25,3 min par match) ne sont pas mirobolantes mais témoignent déjà de sa polyvalence et de sa capacité à faire jouer les autres. Sa deuxième et derrière année à Atlanta a été un peu plus galère. Cloué sur le banc, Babac n’a pas le soutien de son nouvel entraîneur. Il retrouve toutefois le chemin des parquets en deuxième partie de saison, pour finir avec un rendement similaire à celui de son année rookie malgré un temps de jeu moindre.

Chapitre 2 : L’ascension – Phoenix Suns

Impliqué dans le transfert de Joe Johnson, Diaw débarque aux Suns où il a la possibilité de briller immédiatement. En l’absence d’Amar’e Stoudemire, le Français a la pleine confiance de Mike D’Antoni. Ses énormes progrès ne passent pas inaperçus. Diaw reçoit le titre de MIP, une première pour un frenchie. Au fil des saisons, Boris perd petit à petit sa place de titulaire mais conserve un temps de jeu important. Le départ de D’Antoni signe la fin de son aventure en Arizona.

Chapitre 3 : La confirmation – Charlotte Bobcats

En décembre 2008, après plus de 3 saisons aux Suns, Boris Diaw découvre sa 3ème Team. Son séjour à Charlotte est marqué par un statut de titulaire indiscutable (250 titularisations sur 260 matchs). L’air de la Caroline du Sud semble particulièrement bien lui convenir, puisque le joueur n’a jamais été aussi offensif. Que ce soit sous les ordres de Larry Brown ou Paul Silas, le Français joue énormément, ce qui lui permet de devenir la pierre angulaire du jeu des Bobcats. Comme souvent, toutes les meilleures choses ont une fin. Sa relation avec Silas se corse. L’entraîneur ne parvient pas à comprendre le jeu de Diaw tourné avant tout vers la passe, qu’il considère comme un manque d’agressivité. La séparation est inévitable.

Chapitre 4 : La consécration – San Antonio Spurs

L’arrivée de Boris chez les éperons sonne comme une évidence. Sa vision du jeu et sa forte propension à faire jouer ses coéquipiers s’avère convenir parfaitement à la philosophie de Popovich. Chez les Spurs, on joue pour les autres ! Pour une fois, le Français n’a pas besoin de forcer sa nature. Ses retrouvailles avec son pote Tony Parker ne gâchent pas notre plaisir. Son intégration est immédiate. Voir Diaw se fondre dans le collectif texan est un régal. Il est la pièce qui manquait à l’équipe. Résultat : 2 finales de suite et un titre de champion.

Chapitre 5 : La conclusion – Utah Jazz

Malheureusement cette alliance parfaite se solde par un divorce. Les texans envoient le Français à Salt Lake City, afin de faire de la place à Pau Gasol. Le projet sportif de cette jeune équipe montante est un beau challenge pour ce qui va devenir le dernier chapitre de sa belle carrière américaine. Cependant, cette pige chez le Jazz n’est pas pour autant anecdotique. Quin Snyder compte sur son expérience. L’aventure se termine sur un sweep du Jazz face aux Warriors. Cruel épilogue pour ce joueur pas tout à fait comme les autres.